mercoledì 17 settembre 2008

Marsiglia capitale europea della cultura 2013

La cité phocéenne, qui partagera son titre avec la ville slovaque de Kosice, était en concurrence avec Bordeaux, Lyon et Toulouse.

Marseille a décroché la timbale. La ville des Bouches du Rhône a été choisie, mardi, par le ministère de la culture pour devenir en 2013 capitale européenne de la culture, au détriment de Lyon, Bordeaux et Toulouse qui convoitaient également le titre. La décision du jury a été prise à l'unanimité, a souligné Christine Albanel. Le projet de Marseille-Provence (Marseille et sa communauté urbaine) compte tirer parti de sa position géopolitique pour créer «une plate-forme pérenne d'échanges et coopération culturelle entre l'Europe et les Suds».

La cité de Jean-Claude Gaudin a su mettre en avant qu'elle avait davantage besoin de ce label de capitale culturelle que ses concurrentes. «Elle est engagée depuis plusieurs années dans un très gros effort de régénération urbaine, de développement économique mais elle est encore une ville pauvre. Elle a besoin d'être soutenue pour continuer cet effort», a défendu Bernard Latarjet, directeur de la candidature de Marseille 2013.Selon lui, «le gros effort» concédé par la ville ces dernières années «pour placer la culture au centre de sa stratégie de développement économique et sa rénovation urbaine» méritait d'être encouragé.

«Cette victoire est la réussite d'un formidable élan du territoire Marseille Provence dont les acteurs politiques, économiques et culturels de 130 communes ont su se rassembler», a renchéri Jacques Pfister président de la candidature Marseille Provence 2013.Marseille et sa communauté urbaine a préparé 74 projets d'expositions, de spectacles, de commandes artistiques, de colloques et d'ateliers, pour un budget de 98 millions d'euros. Une exposiion intitulée «Camus et la Méditerranée»est d'ores et déjà annoncée pour célébrer le centième anniversaire de la naissance de l'auteur de «L'Etranger».

Le concept des capitales européennes de la culture a été fondé par Melina Mercouri, alors ministre grecque de la Culture, en 1985. Son idée : rapprocher les Européens, en désignant deux villes par an qui deviennent le théâtre de manifestations artistiques mettant à l'honneur leur patrimoine historique et culturel. En 2013, Marseille partagera sa couronne avec la ville slovaque de Kosice.


Faire aussi bien que Lille

Les partisans de la candidature de la cité phocéenne espèrent des retombées massives et rencontrer le même succès que Lille qui avait établi un record de fréquentation. Elue capitale européenne de la culture en 2004, la ville de Martine Aubry avait attiré, à la grande satisfaction de Bruxelles qui subventionne en partie l'opération, 9 millions de visiteurs pour 72 millions d'euros de recettes. Depuis la capitale des Flandres n'a pas perdu de son attrait et continue d'être plébescitée par les touristes et les entreprises.

Dans le cas de Marseille, «un euro investi devrait générer 6 euros de recettes. Nous devrions engranger 600 millions d'euros de recettes, séduire 2 à 3 millions de touristes supplémentaires et attirer 1 million de croisiéristes», ambitionnait dans les colonnes du Figaro, Bernard Latarjet, directeur de la candidature de Marseille 2013.

da "Le Figaro"

Home page
Posta un commento